Environnement et CoViD-19 : deux crises distinctes ?

Mots clés : CoViD-19, pollution de l’air, particules fines, masques faciaux, pollution aux microplastiques

Événement majeur de l’année 2020, la pandémie de Maladie à Coronavirus 2019 (ou CoViD-19) a causé en un an l’infection de 75.704.857 personnes et le décès de 1.690.061 patients à travers le monde au 21 Décembre 2020 [OMS, 2020].

Face à la propagation du coronavirus SARS-CoV-2 à l’origine de la maladie [Andersen et al., 2020], les gouvernements mondiaux se sont décidés pour la plupart à prendre des mesures fortes suivant les recommandations de l’OMS [Alwan et al., 2020] incluant entre autres deux outils : le confinement des populations [Verma et al., 2020] et le port du masque facial à grande échelle [Fadare et al., 2020] ; des mesures à forts impacts environnementaux.


Confinement : une bulle d’oxygène pour l’atmosphère et la biodiversité

Comme le résume l’équipe d’Ashok Kumar Verma dans un article du Journal of Global Sciences, les confinements décrétés dans certains pays et la conséquente diminution des activités humaines (transport, industrie) a contribué à une réduction historique d’émission de polluants, dont l’intensité se rapproche de celle pour laquelle se sont engagés les pays signataires de l’Accord de Paris sur le Climat de 2015. Quant à la limitation du déplacement des personnes notamment sur les sites naturels, ses conséquences positives sur la biodiversité s’avèrent également exceptionnelles mais leur ampleur reste qualitative.

Quantitativement, il a été relevé aux États-Unis une baisse de concentration atmosphérique de 25% pour le dioxyde d’azote et de plus de 10% pour les particules fines dans les zones et périodes où les activités non-essentielles ont été interrompues [Berman et al., 2020] ; une tendance similaire a été faite état lors des confinements en Chine – moins 60% pour les oxydes nitreux, moins 35% pour les particules fines [Shi et al., 2020]. en Europe de l’Ouest : concentrations réduites de 30% à 50% pour le dioxyde d’azote et de 5% à 15%  pour les particules fines [Menut et al., 2020].

Figure 1. Évolution journalière sur le mois de Mars 2020 de la différence par rapport aux prévisions des émissions urbaines (courbes pleines) et rurales (courbes en pointillés) de trois polluants atmosphériques – le dioxyde d’azote (bleu), l’ozone (rouge) et les particules fines (noir) – dans six pays d’Europe : la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Espagne, la France et l’Italie. [Menut et al., 2020]

Ces nouvelles sont d’autant plus bienvenues que, selon une étude de l’équipe de Cosimo Magazzino menée dans plusieurs grandes métropoles françaises et publiée dans le journal Applied Energy, il existerait un lien de causalité entre la mortalité liée à la CoViD-19 et l’exposition aux fortes concentrations de particules fines dans l’air ; un lien dû selon les auteurs à un pouvoir inflammatoire commun auxdites particules fines et aux coronavirus SARS-CoV-2.


Masques faciaux : le retour en force des plastiques à usage unique

Autres outils employés face à la propagation de la CoVid-19, la production mondiale de masques faciaux a explosé début 2020 – multipliée par 10 en Chine et par 3 en France au mois de Mai par rapport à la pré-pandémie [OCDE, 2020] – suite à des appels massifs à leur port auprès du grand public [Cheng and al., 2020].

Or, ainsi que le précise Tadele Assefa Aragaw dans un article publié dans le Marine Pollution Bulletin, les masques chirurgicaux, variété produite en écrasante majorité, comportent de nombreux composés polymères dont la dégradation lente (notamment du polystyrène et du polypropylène) entraîne, en cas de rejet du masque dans la nature, une pollution des cours d’eau et des océans aux microplastiques.

Figure 2. Résumé graphique du développement d’une pollution aux plastiques due aux masques chirurgicaux [Aragaw, 2020].

Toujours selon Tadele Assefa Aragaw, la forte recrudescence de la production de ces masques contrecarre donc les mesures que les gouvernements mondiaux commencent tout juste à adopter pour lutter contre l’utilisation de plastiques à usage unique, à l’origine précisément de cette pollution.


Conclusion : une syndémie mondiale

La crise sanitaire que traverse encore le monde à l’heure où sont écrites ces lignes s’ajoute à d’autres problématiques – crise climatique, inégalités sociales, failles de nos modèles économiques – et tissent avec elles des liens de causalité complémentaires et réciproques, ce qui nous rappelle que l’activité humaine a des conséquences sur de nombreux plans, pas seulement environnementaux.

Il convient donc de lutter contre ce qu’il convient mieux d’appeler la « syndémie » de CoViD-19 [Horton, 2020] de façon transversale afin de résoudre une crise sans en aggraver d’autres, autrement dit en combinant et complétant toutes les actions menées face à ces divers enjeux.

Charles DUFOUR–RZEWUSKI, Mastère Spécialisé Économie Criculaire ; Décembre 2020


Références bibliographiques

  1. Organisation Mondiale de la Santé (2020). WHO Coronavirus Disease (COVID-19) Dashboard. Site Internet, https://covid19.who.int/. Dernière mise à jour avant consultation : 21 Décembre 2020, 17h58 heure de France Métropolitaine.
  2. Kristian G. Andersen, Andrew Rambaut, W. Ian Lipkin, Edward C. Holmes, Robert F. Garry (2020). The proximal origin of SARS-CoV-2. Nature Medicine 26, 450–452. https://doi.org/10.1038/s41591-020-0820-9.
  3. Nisreen A. Alwan, Rochelle Ann Burgess, Simon Ashworth, Rupert Beale, Nahid Bhadelia, Debby Bogaert, Jennifer Dowd, Isabella Eckerle, Lynn R. Goldman, Trisha Greenhalgh, Deepti Gurdasani, Adam Hamdy, William P. Hanage, Emma B. Hodcroft, Zoë Hyde, Paul Kellam, Michelle Kelly-Irving, Florian Krammer, Marc Lipsitch, Alan McNally, Martin McKee, Ali Nouri, Dominic Pimenta, Viola Priesemann, Harry Rutter, Joshua Silver, Devi Sridhar, Charles Swanton, Rochelle P. Walensky, Gavin Yamey, Hisham Ziauddeen (2020). Scientific consensus on the COVID-19 pandemic: we need to act now. The Lancet, Volume 396, Issue 10260, Pages e71-e72, ISSN 0140-6736. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)32153-X.
  4. Ashok Kumar Verma, Sadguru Prakash (2020). Impact of COVID-19 on Environment and Society. Journal of Global Biosciences, Volume 9, Number 5, pp. 7352-7363. https://ssrn.com/abstract=3644567.
  5. Oluniyi O. Fadare, Elvis D. Okoffo (2020). Covid-19 face masks: A potential source of microplastic fibers in the environment. Science of The Total Environment, Volume 737, 140279, ISSN 0048-9697. https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2020.140279.
  6. Jesse D. Berman, Keita Ebisu (2020). Changes in U.S. air pollution during the COVID-19 pandemic. Science of The Total Environment, Volume 739, 139864, ISSN 0048-9697. https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2020.139864.
  7. Xiaoqin Shi, Guy P. Brasseur (2020). The response in air quality to the reduction of Chinese economic activities during the COVID-19 outbreak. Geophysical Research Letters, 47, e2020GL088070. https://doi.org/10.1029/2020GL088070.
  8. Laurent Menut, Bertrand Bessagnet, Guillaume Siour, Sylvain Mailler, Romain Pennel, Arineh Cholakian (2020). Impact of lockdown measures to combat Covid-19 on air quality over western Europe. Science of The Total Environment, Volume 741, 140426, ISSN 0048-9697. https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2020.140426.
  9. Cosimo Magazzino, Marco Mele, Nicolas Schneider (2020). The relationship between air pollution and COVID-19-related deaths: An application to three French cities. Applied Energy, Volume 279, 115835, ISSN 0306-2619. https://doi.org/10.1016/j.apenergy.2020.115835.
  10. Organisation de Coopération et de Développement Economiques (2020). The Face Mask Global Value Chain in the COVID-19 Outbreak: Evidence and Policy. Rapport publié sur le site de l’OCDE le 4 Mai 2020. http://www.oecd.org/coronavirus/policy-responses/the-face-mask-global-value-chain-in-the-covid-19-outbreak-evidence-and-policy-lessons-a4df866d/.
  11. Kar Keung Cheng, Tai Hing Lam, Chi Chiu Leung (2020). Wearing face masks in the community during the COVID-19 pandemic: altruism and solidarity. The Lancet, ISSN 0140-6736. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)30918-1.
  12. Tadele Assefa Aragaw (2020). Surgical face masks as a potential source for microplastic pollution in the COVID-19 scenario. Marine Pollution Bulletin, Volume 159, 111517, ISSN 0025-326X. https://doi.org/10.1016/j.marpolbul.2020.111517.
  13. Richard Horton (2020). Offline: COVID-19 is not a pandemic. The Lancet, Volume 396, Issue 10255, Page 874, ISSN 0140-6736. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)32000-6.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s