Zones urbaines, quels enjeux et pistes pour préserver la biodiversité ?

L’impact des milieux urbains sur la diversité et la dispersion des espèces naturelles est majeur. Si à l’extérieur des grandes métropoles, la dispersion régionale des espèces est freinée (Clergeau, 2014), à l’intérieur de ces métropoles, les effets sont plus contrastés. D’un côté, la diversité des plantes, notamment les plus mobiles et celles nécessitant les habitats les plus réduits est plutôt favorisée. Alors que de l’autre, pour les oiseaux et les papillons, on observe contre-intuitivement l’exclusion des espèces les plus mobiles ainsi que plus attendue, celle des espèces spécialistes (Concepción et al. 2016).

Une des causes de la disparition des espèces d’oiseaux et de papillons les plus mobiles est la fragmentation des espaces naturels en espaces restreints qui ne conviendrait pas à leur besoin vital d’espaces larges. Pour les plantes, on observe une plus grande diversité pour les espèces mobiles dans ces espaces fragmentés, elle serait due à la proportionnalité de leur taille de leur espace nécessaire vs leur milieu accessible (Concepción et al. 2016). En zone péri-urbaine cependant, on observe encore nombre d’espèces d’oiseaux spécialistes qui disparaissent ensuite en s’approchant du centre des villes. Une majorité d’espèces généralistes y sont présents, mais une partie déclinera également avec la densification du bâti (Clergeau, 2014).

Dès lors, pour favoriser la biodiversité en zones urbanisées il faut limiter la fragmentation des espaces (Bourcier 2012). Augmenter et organiser des espaces à caractère naturel en trouvant des solutions alternatives au zonage (parcs et jardins publics) apparaît comme une nécessité (Clergeau 2014) : relier entre elles les zones de nature en ville via des trames vertes et bleues (Colombert et al. 2012 ; Bourcier 2012) pourrait servir la biodiversité locale et régionale (Colombert et al. 2012). Les possibilités sont d’autant plus importantes que 39% des espaces artificialisés dans les villes d’Europe occidentale sont ainsi dédiés aux déplacements et au stationnement (Bourcier 2012). Relier ces trames aux espaces naturels ou agricoles environnants favorisera le déplacement de la faune (Clevenot et al. 2017), l’instauration de rivières écologiquement viables et l’apparition de biotopes, gages d’une biodiversité qu’il aura ainsi été possible d’installer (Bourcier 2012).

Au-delà de la fragmentation des espaces, la richesse biologique des espèces en milieu urbain est aussi influencée par d’autres paramètres. Les arbres implantés dans les milieux urbains en sont un des facteurs : leur taille et ancienneté a un impact certain sur les populations et diversités d’oiseaux, leur hauteur, abondance et diversité influera aussi sur les populations d’insectes. Les couverts herbeux, la densité d’arbres, les zones d’ombre, la présence de débris de bois ainsi que l’accès à l’eau tout au long de l’année auront un impact sur la diversité des mammifères ou des reptiles présents dans le milieu. Enfin, on sait aussi que l’implantation d’espèces d’arbres non-natives, si elles sont non-invasives ne nuit pas à la biodiversité urbaine, et la favoriserait même (Chalker-Scott 2015).

Les facteurs pouvant favoriser la biodiversité dans les métropoles sont donc multiples, la plupart d’entre eux dépendent de politiques urbaines de long terme. Aussi, les élus ont un rôle majeur à jouer. Lorsqu’on les interroge sur ce sujet pourtant, ce sont l’atténuation du changement climatique ou le rôle du végétal pour le cadre de vie des habitants qui est priorisé. Peu se préoccupent de la place des animaux dans les cités ou alors estiment souvent que c’est à l’échelon supérieur que ces enjeux doivent être traités (Rochard et al. 2018). Et pourtant, c’est bien leur rôle d’initiateur auprès des techniciens et de relai des propositions de ces derniers, notamment au sein du plus petit échelon, les communes qui peut être décisif sur cet enjeu de long terme (Rochard et al. 2018).

Références bibliographiques

Bourcier, A. « Le paysage au service de la biodiversité dans la ville durable », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Hors-série 14 | septembre 2012, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 24 novembre 2020. DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.12390

Chalker-Scott (2015) Chalker-Scott L. Nonnative, noninvasive woody species can enhance urban landscape biodiversity. Arboriculture & Urban Forestry. 2015;41:173–186.

Clergeau P. (2014) Biodiversité urbaine. DansUne ville verte, les rôles du végétal en ville, M. Musy coord., Quae ed., pp.157-166.

Clevenot, L., de Chastenet, C., Frascaria, N., Jacob, P., Raymond, R. et al. Do Linear Transport Infrastructures provide a potential corridor for urban biodiversity? Case study in Greater Paris, France. Cybergeo : Revue européenne de géographie / European journal of geography, UMR 8504 Géographie-cités, 2017. hal-02357701

Colombert M. & Boudes, P. « Adaptation aux changements climatiques en milieu urbain et approche globale des trames vertes », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Hors-série 12 | mai 2012, mis en ligne le 04 mai 2012, consulté le 24 novembre 2020. DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.11821

Concepción, E.D., Obrist, M.K., Moretti, M. et al. Impacts of urban sprawl on species richness of plants, butterflies, gastropods and birds: not only built-up area matters. Urban Ecosyst 19, 225–242 (2016). https://doi.org/10.1007/s11252-015-0474-4

Rochard, H., About, C., Frascaria-Lacoste, N., Jacob, P. Simon, L. et Pech, P. « Politiques urbaines et biodiversité en ville : un front écologique ? Le cas de la MGP, Métropole du Grand Paris », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 18 numéro 1 | mai 2018, mis en ligne le 28 mai 2018, consulté le 24 novembre 2020. DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.19753

Bibliographie complémentaire

Arrif, T., Blanc, N., & Clergeau, P. « Trame verte urbaine, un rapport Nature – Urbain entre géographie et écologie », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 574, mis en ligne le 08 décembre 2011, consulté le 25 novembre 2020. DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.24862

Blanc N., 1998. 1925-1990 : l’écologie urbaine et le rapport ville-nature. Espace géographique, 27(4), 289-299

Clergeau P., 2007. Une écologie du paysage urbain, Apogée, Paris, 160 p

Lapostolle, D., & Challéat, S. « Lutter contre la pollution lumineuse », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], volume 19 numéro 2 | octobre 2019, mis en ligne le 05 octobre 2019, consulté le 24 novembre 2020. DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.26057

Suárez-Castro, A.F., Mayfield, M.M., Mitchell, M.G.E. et al. Correlations and variance among species traits explain contrasting impacts of fragmentation and habitat loss on functional diversity. Landscape Ecol 35, 2239–2253 (2020). https://doi.org/10.1007/s10980-020-01098-2

Nielsen, A.B., M. Annerstedt, S. Maruthaveeranand, C.C. Konijnendijk. 2014. Species richness in urban parks and its drivers: A review of empirical evidence. Urban Ecosystems 17:305-327.

Garden, J.G., D.N. Jones, H.P. Possingham, and C.A. McAlpine. 2007. Habitat structure is more important than vegetation composition for local-level management of native terrestrial reptile and small mammal species living in urban remnants: A case study from Brisbane, Australia. Austral Ecology 32:669-685.

van Heezik, Y„ K.J.M. Dickinson, S. Porter, and C. Freeman. 2013. Garden size, householder knowledge, and socio-economic status influence plant and bird diversity at the scale of individual gardens. Ecosystems 16:1442-1454.

A propos Antoine GILLES

Après 15 ans d'expérience en marketing et dans le numérique, j'ai décidé de m'engager pour la préservation de notre environnement 🌍 🥦 🐳. 📙 Je suis donc actuellement en Mastère Spécialisé Économie Circulaire et Eco-Innovation à l’École des Métiers de l'Environnement - Unilasalle. 🏡 J’effectue ma formation en alternance en tant que chargé de projets chez Ruptur, association pour la transition écologique de l’économie. 💻 J'interviens par ailleurs régulièrement sur les thématiques du numérique responsable et de l'écoconception et accompagne des projets à impact positif en phase de lancement ou de développement. 🌶️ Enfin, je suis engagé pour une alimentation plus durable et sans plastique dans les cantines de la ville de Nantes.
Cet article a été publié dans Biodiversité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s